Plante sauvage: Petite pervenche (Vinca Minor,violette des sorciers)

plante sauvage: Fleur bleu intense de pervenche
Fleur bleue à 4 (cas ci-dessus) ou 5 pétales de pervenche sauvage
 

Hauteur: 20-30 cm

Lieu: Haie, Finistère, Bretagne

Date: mai 2017

 


Famille de la pervenche:

    La petite pervenche est une plante sauvage vivace de la famille des apocynacées. Cette famille regroupe de nombreuses plantes ornementales et médicinales mais aussi des espèces qui permettent d'obtenir du caoutchouc et du latex. La plupart des espèces de cette famille ont un feuillage persistant.

 
 

Description:   

    La pervenche est une plante sauvage vivace très rustique qui apprécie la mi-ombre et les sols frais. Les tiges sont rampantes. Les feuilles sont opposées, courtement pétiolées et ont une nervure très marquée. Son feuillage vert foncé est persistant. Les fleurs d'un bleu intense sont composées généralement de 5 pétales même s'il n'est pas rare d'en trouver à 4 pétales uniquement. Elles sont isolées, poussent à l'aisselle des feuilles et dressées au bout d'un long pédoncule (tige). La floraison est précoce et se déroule de mars à juin. La pervenche utilise la reproduction végétative, c'est à dire que comme le fraisier ou la bugle rampante, elle se reproduit par stolons.

 

 

Composition/Utilisations/Propriétés:

    La pervenche contient de nombreux minéraux (calcium, sodium, potassium), de la vitamine C, des tanins, des alcaloïdes, de l'acide formique, de la pectine... [1][2]. La vincamine est l'alcaloïde le plus connu de la petite pervenche. Cette molécules active est utilisée dans l'industrie pharmaceutique. Au delà de sa présencce dans la plante, il a été, par exemple, montré  que des souches de champignons endophytes (qui vivent à l'intérieur de la plante) de la pervenche étaient capables de produire cette molécule [3]. De façon générale, de nombreuses études scientifiques ont été réalisées sur cette la petite pervenche. Les feuilles sont utilisées en phytothérapie pour ses qualités hypotensives et vaso-dilatatrice.

 

 

[1] Ghédira et al., Phytothérapie, 2017,15(3)

[2] Chen et al., Molecules, 2017, 22(6), 997

[3] Yin et al., Phytomedecine, 2011, 18(8-9), 802-805